See menu

Dans le Concerto de chambre composé en 1970, György Ligeti pousse jusque dans ses retranchements l’idée de micropolyphonie avant de l’abandonner dès l’année suivante. Alternant des polyphonies lisses et alanguies et des petites mécaniques rapides, infernales et détraquées, Ligeti veut y mettre « un certain ordre, mais un ordre un peu désordonné ». Devenu rapidement un « classique » du répertoire contemporain, ce Concerto de chambre a inspiré plus d’un compositeur, à l’instar de l’Islandaise Anna Thorvaldsdottir qui a voulu lui apporter un pendant avec Hrím (« rimer » en islandais) : s’appuyant sur le concept de dispersion, cette courte pièce est conçue comme un processus de diffusion (à la fois projection et résonance) de divers éléments musicaux à travers l’ensemble instrumental. Le programme présente également deux œuvres pour ensemble récemment créées : la première du jeune compositeur français Sasha J. Blondeau dont l’EIC avait créé le très remarqué Namenlosen en 2017, et la seconde de l’une des figures majeures de la scène musicale contemporaine, le Finlandais Magnus Lindberg.

Cast
  • Ensemble intercontemporain
    Dylan Corlay direction

  • Avec le soutien de la Fondation Meyer

Media