Afficher le menu

Voilà une soirée placée sous le sceau de l’antique, pétrie de mythes et de mysticisme ! Tour à tour, Gérard Grisey, Luciano Berio et Claude Vivier nous confrontent à notre finitude en même temps qu’à nos aspirations d’éternité, bref, nous mettent face à notre condition humaine. Quand Grisey évoque « l’image d’une énigmatique stèle découverte par des archéologues », Berio s’empare de l’Ancien Testament, mettant en perspective le Cantique des cantiques et les visions fantastiques du livre d’Ézéchiel. Créé par l’historien des religions et des mythes Mircea Eliade à partir du mot hiérophante (du grec hierós (« sacré ») et phanios, « qui apparaît »), le terme hiérophanie désigne donc une manifestation du sacré. La Hiérophanie de Vivier est une vaste représentation de l’existence humaine. Théâtrale, l’œuvre exige des musiciens des pratiques insolites : improviser, chanter bouche fermée une musique qui leur rappelle leur enfance, crier les noms des dieux, échanger leurs instruments ; tout cela au cœur d’exhortations spirituelles. Pour sa création française, Hiérophanie est spécialement mise en espace par Silvia Costa.

Distribution
  • Noa Frenkel voix**
    Marion Tassou soprano*
    Silvia Costa mise en espace
    Maîtrise de Paris
    Edwige Parat cheffe de choeur
    Ensemble intercontemporain
    Matthias Pintscher direction
    Tempo Reale réalisation informatique musicale

  • Coproduction Ensemble intercontemporain, Festival d’Automne à Paris, Philharmonie de Paris

Médias
Pour aller + loin